Aller au contenu
Sprint Running » Tests Chaussure de Running » Test Hoka One One Cielo X1: une chaussure avec trop d’amorti

Test Hoka One One Cielo X1: une chaussure avec trop d’amorti

Test Hoka Cielo X1

Notre avis

La Hoka One One Cielo X1 possède un amorti exceptionnel et un excellent confort sur longues distances, mais elle pèche par son poids et son manque de réactivité pour la compétition. Bien qu’offrant une excellente durabilité et des transitions douces grâce à sa semelle innovante, son prix élevé et sa conception plus adaptée à l’entraînement qu’aux courses rapides limitent son attractivité. Idéale pour les marathoniens recherchant un confort extrême pour des objectifs de course modérés, elle reste moins conseillée pour les athlètes visant la performance et la vitesse.


Les plus

Niveau de rebond élevé grâce aux doubles couches PEBA
Bonne couverture en caoutchouc de la semelle extérieure
Tige réfléchissante pour la sécurité

Les moins

Tige tricotée épaisse et chaude
Beaucoup trop cher


Hoka s’est forgée une réputation avec ses chaussures dotées d’un amorti exceptionnellement généreux. Les modèles Clifton et Bondi, véritables icônes de la marque, ont conquis le cœur des coureurs grâce à leurs semelles épaisses et incurvées, offrant une profondeur de coussin inégalée et un confort supérieur, tant pour la marche que pour la course. Je suis toujours frappé par le nombre impressionnant de personnes arborant des Hokas, même en dehors du contexte sportif.

La Cielo X1 vient enrichir la gamme de chaussures de running Hoka, en suivant la même philosophie de conception : une semelle ultra-épaisse associée à une rocker prononcée. Toutefois, il se distingue par l’utilisation de la mousse PEBA, contrairement à la majorité des modèles de la marque qui sont conçus avec de la mousse EVA. Ce nouveau venu ne vient pas remplacer la série Rocket X mais s’ajoute plutôt à l’arsenal de Hoka comme une autre option pour les longues distances. Ayant un faible pour le Rocket X2, une de mes chaussures d’élite favorites ces deux dernières années, mes attentes vis-à-vis de la Cielo X1 sont élevées.

D’apparence, la Cielo X1 incarne le type de chaussure que j’aurais moi-même dessiné si l’opportunité m’était donnée : une semelle intermédiaire maximisée pour une hauteur de pile impressionnante, un rocker avant agressif et une couverture de la semelle extérieure suffisante pour garantir une durabilité adaptée à l’entraînement. Avec ses 244 g, il se positionne du côté lourd pour un modèle de compétition. Il affiche un drop de 7 mm, supérieure à la moyenne de Hoka qui est de 5 mm, et son prix de 275€ le place dans la catégorie haut de gamme, au même niveau que l’Endorphin Elite.

Premier aperçu de la Hoka Cielo X1

Dès ma première sortie avec la Hoka One One Cielo X1, sur un parcours de 23 kilomètres à mon rythme habituel, les sensations ont été remarquables, surtout après une semaine chargée de 141 kilomètres. Malgré cela, cette course fut étonnamment agréable.

Ce qui m’a immédiatement séduit, c’est l’amorti profond et moelleux de la chaussure, ainsi que son haut niveau de retour d’énergie, qui m’ont permis de profiter de transitions fluides et dynamiques. La sensation sous le pied était d’une douceur incomparable, contribuant à une expérience de course des plus confortables.

Toutefois, quelques aspects n’ont pas manqué de m’interpeller. Le premier est le dessus de la chaussure, épais et chaud, qui, malgré son confort, pourrait poser problème lors des journées plus chaudes, en limitant la respirabilité. De plus, le dynamisme lors des transitions semblait en retrait par rapport à ce que j’attendais d’une chaussure de course, offrant une course plus détendue, davantage adaptée à l’entraînement qu’à la compétition.

Hoke Cielo X1 Avis

Analyse technique

Analyse de la tige

Fabriquée dans un tricot épais, elle enveloppe le pied dans un cocon de confort, bien que cela puisse compromettre la respirabilité lors des longues courses, surtout sous un climat chaud. Mes pieds ont ressenti une chaleur excessive, menant à une transpiration plus importante que la normale.

La conception inclut des œillets doubles sur la première rangée pour permettre un nœud de coureur, ainsi qu’une rangée supplémentaire d’œillets pour ajuster la tenue selon les besoins. J’ai trouvé nécessaire d’utiliser ce nœud de coureur et de serrer fortement les lacets pour obtenir un maintien sécurisé. L’utilisation de la seconde rangée d’œillets (les rangées extérieures) s’est avérée utile pour affiner l’ajustement, particulièrement pour mes pieds étroits.

Les lacets n’ont posé aucun problème de tenue durant mes courses. Leur conception sort de l’ordinaire mais offre l’avantage de ne pas s’effilocher après seulement quelques utilisations, contrairement à certains lacets de chaussures de course.

Des panneaux réfléchissants de grande taille ornent le talon, améliorant la sécurité lors des courses par faible luminosité. Un tirant sur la languette facilite également l’enfilage de la chaussure.

Les coureurs en quête d’un ajustement plus précis pour la course pourraient envisager de choisir une demi-taille en dessous. Personnellement, j’ai opté pour ma taille habituelle, qui s’est avérée bien adaptée, même avec des chaussettes de moyenne épaisseur ou épaisses. La chaussure conviendra aussi aux coureurs aux pieds larges, témoignant d’une polyvalence appréciable dans son ajustement.

Analyse de la semelle intermédiaire

La Hoka One One Cielo X1 se positionne comme la chaussure de course offrant le plus d’amorti à ce jour dans la gamme Hoka. La présence d’une double couche de PEBA à densité variable dans sa semelle intermédiaire fournit un niveau d’amortie inégalé parmi les modèles de compétition, éclipsant toute sensation directe avec le sol.

Avec une hauteur de talon qui semble dépasser les 40 mm, confirmée à 46 mm par les spécifications officielles, cette chaussure réussit l’exploit d’être approuvée par World Athletics pour la compétition, malgré sa stature imposante. Le terme “rebondissant” décrit parfaitement le type d’amorti offert par la Cielo X1. La formule PEBA utilisée par Hoka est remarquablement plus souple que celles d’autres marques, y compris le célèbre ZoomX de Nike.

Le rebond de la mousse PEBA de Hoka, plus lent comparé à ZoomX ou Lightstrike Pro, confère une sensation plus moelleuse qu’explosive. La couche supérieure de mousse plus compressive, associée à une couche inférieure plus ferme, assure un équilibre entre confort et stabilité. Cette configuration est inversée par rapport à celle de l’Alphafly, offrant ainsi une sensation de douceur dès l’insertion du pied.

Cependant, la Cielo X1 ne semble pas rivaliser en vitesse avec les meilleurs chaussures de courses, principalement en raison de sa plaque en fibre de carbone plus flexible et de son poids conséquent. Comparée à d’autres modèles, comme l’Endorphin Elite de Saucony, qui possède également un rocker avant prononcé, la plaque du Cielo X1 offre moins de rigidité, ce qui se traduit par des impulsions moins vives et une course globalement moins rapide.

Pour ma part, la Cielo X1 m’évoque davantage une chaussure destinée aux longues distances, un “croiseur” plutôt qu’un pur compétiteur. Lors d’une sortie d’entraînement de 32 kilomètres, comprenant 20 kilomètres à allure régulière suivis de 12 kilomètres en tempo, les premiers kilomètres furent confortables. Cependant, augmenter l’allure pour la partie tempo a demandé un effort supplémentaire notable. La Cielo X1 excelle sur les runs faciles, les sorties régulières et les longues distances dépassant les 25 kilomètres.

Pour des séances plus intenses, comme les tempos ou les seuils, sa conception semble trop encombrante. Elle conviendra parfaitement aux coureurs visant un marathon en 3 heures 30 ou plus, offrant un choix idéal pour ceux qui recherchent un confort extrême sur longue distance. Pour des performances supérieures, une chaussure plus ferme et légère serait préférable.

Hoka Cielo X1 semelle

Analyse de la semelle extérieure

La semelle extérieure de la Hoka One One Cielo X1 se classe dans la moyenne des chaussures de course en termes de durabilité. Conçue avec un caoutchouc tendre mais épais, elle couvre toutes les zones sujettes à l’usure, garantissant ainsi une bonne longévité pour une utilisation mixte, à la fois en entraînement et en compétition. Cependant, il est à noter que cette semelle s’use relativement vite, avec une apparition notable de lissage sur le caoutchouc au niveau du talon externe après seulement 80 kilomètres. Malgré cette usure précoce, la chaussure reste suffisamment robuste pour supporter les rigueurs de l’entraînement et les défis des courses.

Je n’ai pas eu l’occasion de tester la Cielo X1 dans des conditions humides, mais je suis enclin à penser que l’adhérence ne devrait pas poser problème. La raison en est la conception spécifique du motif de la semelle, dotée d’un dessin à nervures, qui semble promettre une bonne traction sur différentes surfaces. Cette caractéristique est particulièrement importante pour les coureurs qui, comme moi, apprécient une chaussure capable de faire face à diverses conditions météorologiques et types de terrains, offrant ainsi une polyvalence appréciable pour une chaussure de cette catégorie.

Notre verdict

À l’occasion des essais olympiques américains de 2024 pour le marathon, six athlètes de l’équipe Hoka NAZ Elite ont pris le départ. Parmi eux, cinq avaient choisi de chausser la Rocket X2, tandis qu’un seul avait opté pour la Cielo X1. Cette répartition reflète clairement mon propre avis : pour une épreuve aussi décisive qu’un marathon, ma préférence va sans hésiter vers la Rocket X2.

Ma rencontre avec la Cielo X1 a été empreinte de sentiments mitigés. Sur le papier, cette chaussure avait tout pour briller : une conception innovante, promettant confort et performance. Néanmoins, la réalité sur le terrain a révélé ses limites. Son poids conséquent et son amorti trop prononcé la desservent dans le contexte de la course rapide. Une réduction de l’amorti, pour gagner en légèreté, aurait pu lui conférer une efficacité accrue, surtout sur la distance marathon, où chaque gramme compte.

L’influence de l’Adidas Prime X est palpable dans la conception de la Cielo X1. Pourtant, la super chaussure d’Adidas se distingue par un comportement plus ferme, un avant-pied ultra-rigide et un rocker agressif, qui ensemble, offrent une sensation de course nettement plus dynamique.

Cela dit, la Cielo X1 trouvera sa place dans mon arsenal pour les entraînements de longue distance. Son design unique favorise une sensation de fraîcheur dans les jambes et une récupération accélérée après l’effort, des atouts non négligeables pour les séances d’entraînement exigeantes. Cependant, pour les compétitions, je lui préférerai des modèles plus fermes, légers et rigides.

Le prix constitue également un frein non négligeable. À 275€, la Cielo X1 s’avère particulièrement onéreuse pour une chaussure qui, finalement, semble mieux adaptée aux entraînements de longue distance qu’aux courses. À moins de viser un marathon en 3 heures 30 ou plus, et d’avoir une prédilection pour un amorti ultra-doux, il serait avisé de considérer d’autres options.

Caractéristiques Technique

TerrainRoute
Drop7 mm
PoidsHomme 246g /Femme 223g
FouléeNeutre
UtilisationIntensive
MarqueHoka