Aller au contenu
Sprint Running » Marques Chaussure de Running » Hoka » Hoka One One Bondi 7 : Test, Caractéristiques et Avis

Hoka One One Bondi 7 : Test, Caractéristiques et Avis

hoka one one bondi 7

La Bondi 7 est censée être une chaussure de longue distance a amorti maximal, mais elle ressemble plus à une chaussure de tous les jours. Sa semelle intermédiaire Meta-Rocker rigide vous aide à passer les transitions et rend la course efficace. La version 7 a été mise à jour avec une nouvelle tige, le plus grand ajout étant un col confortable en mousse à mémoire de forme. Elle conserve la même semelle intermédiaire et la même semelle extérieure que sa prédécesseure.


Les plus

Très confortable
Très bonne stabilité
Chaussure Durable

Les moins

Lourde
Chaussure assez grosse qui peut déranger


Introduction

Je me souviens de ma toute première course dans une Hoka. Alors que d’innombrables marques décrivent le fait de courir dans leurs baskets comme  » comme courir sur des nuages « , c’est la première fois que j’ai réellement ressenti cette expérience. Quand je pense à l’amorti, je pense à Hoka.

Leurs semelles intermédiaires surdimensionnées et leurs hauteurs d’empilement épaisses offrent un niveau d’amortissement qu’aucune autre marque ne peut égaler, et leurs semelles intermédiaires souples comme de la guimauve offrent un amortissement sans fond tout en étant beaucoup plus légères qu’elles ne le paraissent.

Hoka affirme sur son site web que la Bondi est la chaussure de course Hoka la plus amortie. Elle entre dans la catégorie des chaussures à amorti maximal et, rien qu’en apparence, elle pourrait écraser la concurrence grâce à ses hauteurs de talon massives.

La Bondi 6 est sortie il y a deux ans, donc la Bondi 7 a été préparée pendant deux ans. Cependant, la Bondi 7 n’est qu’une mise à jour mineure de la Bondi 6. Elle a la même semelle intermédiaire et la même semelle extérieure mais a une toute nouvelle tige.

Les premières impressions

Lorsque j’ai sorti les Bondi 7 de leur boîte, l’énormité de la chaussure était étonnante, de loin la plus grande chaussure de course que j’aie jamais achetée. Elles me faisaient penser à des chaussures de randonnée et ce n’est certainement pas une chaussure que je porterais de manière décontractée.

J’ai essayé de fléchir l’épaisse semelle intermédiaire de la Bondi 7 mais elle était vraiment rigide et inflexible, beaucoup plus rigide que la Clifton. En comprimant la semelle intermédiaire avec mes doigts, j’ai remarqué que la mousse était beaucoup plus ferme que celle de la Clifton et de la Rincon. Lorsque j’ai enfilé la Bondi 7 pour la première fois, j’ai pu sentir l’arche du siège contre mon médio-pied. C’est une sensation que j’ai également ressentie dans la Clifton et à laquelle j’ai fini par m’habituer.

Ma première course avec la Bondi 7 était une course de récupération lente et peu satisfaisante. La semelle intermédiaire était vraiment ferme : plus ferme que la Clifton et même que la Rincon. Je m’attendais à ce que le roulement soit doux comme de la guimauve mais c’était plutôt moyennement ferme.

Une fois que je me suis habitué à l’idée que la Bondi 7 n’est pas une chaussure super souple, ma deuxième course avec elle a été plus agréable. Elles étaient efficaces et plus rapides que ce à quoi je m’attendais. Il s’agissait d’un long week-end de course à pied qui fait habituellement environ 30 kilomètres en moyenne, mais sur cette course, j’ai dû m’arrêter à 22 kilomètres parce que la chaussure ne possédait pas assez d’amorti et de confort pour aller jusqu’au bout.

Une semelle étonnamment ferme

La semelle intermédiaire de la Bondi 7, comme la plupart des chaussures Hoka, est une bonne vieille mousse EVA moulée par compression. En tant qu’EVA, elle ne possède pas le même retour d’énergie élevé que les mousses TPU ou Pebax. Sa semelle intermédiaire de densité moyenne-forte la rend plus polyvalente et fait que la Bondi 7 ressemble plus à une basket de tous les jours qu’à une basket à amortissement maximal, si vous recherchez une Hoka à l’amortie maximale vous devez aller voir la Gaviota 4.

Ce que je préfère dans la Bondi 7, c’est sa semelle intermédiaire Meta-Rocker. Elle fonctionne comme une chaise à bascule : la chaussure est rigide et au lieu de fléchir, elle vous fait rouler dans les transitions, ce qui améliore l’efficacité. La semelle intermédiaire Meta-Rocker est l’une des choses que Hoka a réussi à faire sur la Bondi 7. Alors que beaucoup de baskets Hoka ont une semelle intermédiaire à géométrie rocker, la plupart d’entre elles fléchissent à l’avant du pied et le rocker ne peut pas vous faire rouler efficacement, mais la rigidité de la Bondi 7 permet au Meta-Rocker de briller.

La stabilité de la Bondi 7 est excellente. La semelle intermédiaire n’est pas trop molle donc il n’y a pas de biais d’inclinaison. La base est aussi large, donc les coups de pieds se sentent plantés, peu importe la position dans laquelle votre pied touche le sol. La Bondi 7 est une chaussure neutre qui ressemble à une chaussure de stabilité.

La semelle intérieure de la Hoka Bondi 7 est une mousse Ortholite épaisse qui ajoute une couche de confort. Sous la semelle intérieure se trouve une doublure stroboscopique perforée blanche qui rend la marche plus douce.

La semelle extérieure de la Bondi 7 est recouverte d’une grande quantité de caoutchouc et possède un caoutchouc soufflé sur toutes les zones à forte usure. La durabilité de ce caoutchouc est acceptable mais n’est pas proche du caoutchouc Continental ou AHAR+.

Il y a une petite quantité de semelle intermédiaire exposée sur le milieu du pied qui n’est pas recouverte de caoutchouc pour gagner du poids. Cette zone s’érafle lorsqu’elle gratte le sol mais cela ne change pas le comportement de la chaussure.

J’ai trouvé que la Bondi 7 a une excellente traction sur les routes goudronnées, le trottoir, l’herbe et le gravier, aussi bien sur le sec que sur le mouillé.

La durabilité de la Bondi 7 est juste moyenne. Bien qu’elle semble très bien construite et que la semelle extérieure ne montre pas encore beaucoup d’usure, la semelle intermédiaire EVA de la Bondi 7 finira par perdre de son amorti et deviendra plus ferme avec le temps.

Une empeigne étroite

La Bondi 7 est très étroite et la personne moyenne devra prendre la version large. La tige n’est pas non plus très extensible, elle n’est donc pas très accommodante. La hauteur de la boîte à orteils est bonne mais la largeur est trop étroite et je pouvais sentir les côtés serrer mes pieds pendant les courses. L’empeigne est fabriquée à partir d’une maille technique multicouche dont la respirabilité est moyenne.

Il y a beaucoup de fines bandes de recouvrement autour du périmètre de la boîte à orteils et du milieu du pied qui donnent au milieu du pied et à la boîte à orteils une structure et une protection supplémentaires. Sur le talon et autour des trous d’œillets, il y a des superpositions laminées lisses qui rendent la tige plus rigide mais aussi plus forte.

Le nouvel ajout à la Bondi 7 est le collier en mousse à mémoire de forme qui ressemble à une éponge dense qui reprend lentement sa forme lorsque vous la comprimez. Hoka affirme que le nouveau col en mousse à mémoire de forme a été conçu pour s’adapter à un talon plus étroit et il a parfaitement fonctionné avec le mien.

Le contrefort du talon et la languette sont adéquatement rembourrés et ont protégé mes chevilles de toute pression inconfortable. La languette n’a pas de soufflet, mais elle est dotée de larges ailes qui la maintiennent en place pendant la course, de sorte qu’elle ne glisse pas. Il y a deux œillets de dernière rangée pour le laçage de verrouillage du talon que j’ai dû utiliser pour éviter que mon talon ne glisse. Avec le laçage de verrouillage du talon, le verrouillage du pied était excellent.

Sur le talon se trouvent 5 fines bandes réfléchissantes pour que, pendant les courses de nuit, les voitures venant de derrière puissent vous voir. Dans l’ensemble, l’empeigne de la Bondi 7 est beaucoup trop étroite et pas assez coussinée pour égaler les empeignes luxueuses et rembourrées des autres cruisers max-cushioned.

Bien que le collier en mousse à mémoire de forme soit un ajout agréable, la tige de la Bondi 7 n’est pas aussi confortable que celle de la concurrence.

Conclusion

La Hoka Bondi 7 n’est pas une mauvaise chaussure. Elle réussit beaucoup de choses, comme le verrouillage sûr du pied, sa semelle extérieure durable et sa stabilité. Sa semelle intermédiaire Meta-Rocker rend les transitions efficaces et elle possède de nombreuses caractéristiques de stabilité. Cependant, la Bondi 7 est censée être une chaussure d’entraînement longue distance à amorti maximal, mais elle n’entre pas dans la catégorie pour laquelle elle a été conçue.

Sa semelle intermédiaire n’est pas assez souple pour les distances de plus de 20 kilomètres et la Bondi 7, pour moi, correspond plus à la catégorie des baskets de tous les jours, mais même en tant que baskets de tous les jours, la Bondi 7 est trop lourde et trop chère. J’espère que Hoka fera la Bondi 8 beaucoup plus souple et ajoutera une languette à soufflet, car pour l’instant, la Clifton 7 est une meilleure Bondi que la Bondi 7.

Achetez la Bondi 7 seulement si vous voulez un roulement plus ferme et plus stable avec une semelle extérieure plus durable. Sinon, la Clifton, moins chère, est une chaussure plus douce et une meilleure chaussure de sport a amorti maximal.

Caractéristiques Technique

TerrainRoute & Chemin
Drop4 mm
PoidsHomme 300g / Femme 275 g
FouléeSupinatrice
UtilisationEntrainement
MarqueHoka One One

Nos autres tests de chaussures